On ne nous dit pas tout

L’importance de l’accompagnement émotionnel de la naissance

💻 En plein travail de refonte de mon site Internet, je redécouvre ce texte de Chantal Ducroux-Schouwey sur l’importance de l’accompagnement en salle de naissance :

💉 « Une jeune femme, complètement paniquée à la pensée des piqûres avait choisi d’accoucher dans l’eau, non par « idéologie » mais simplement se disant que dans l’eau, personne n’oserait lui faire quelque chose !!!

🚙 De Nancy, elle vient accoucher sur Lyon. Le jour J, les contractions commencent. Elle et son ami sont en salle d’accouchement, libres de tous mouvements avec possibilité de détente en eau… Seulement la jeune femme n’arrive plus à « encaisser » la violence des contractions, elle est surprise par leur force – elle n’a fait aucune préparation à l’accouchement – et finalement, malgré une présence attentive et respectueuse de la part de la sage-femme, demande la péridurale au bout de six heures.

👩🏻‍⚕️ Seulement voilà, elle est à « 6 cm ». Deux heures après, rien n’a évolué. La jeune femme soulagée, s’endort, elle n’est plus en « phase » avec ce qui se passe. La gynéco qui est là, apprend qu’elle me connait. Elle sent que cela n’avance pas et décide de m’appeler, m’indiquant qu’elle fait préparer la salle de césarienne car le travail n’évolue pas mais qu’elle pense que je pourrais peut-être « remotiver » cette mère.

En effet, lorsque j’arrive, il est évident que cette femme est complètement déconnectée de son accouchement, les contractions se succèdent mais rien ne bouge. Je fais court… La gynéco me laisse seule avec la mère et je peux discuter avec elle tranquillement. Elle m’explique qu’elle est contente, qu’elle ne sent plus rien, qu’elle se repose et que cela va bien se faire tout seul.

👶🏻 Et moi, de la convaincre que non, cela ne va pas se faire tout seul, sans son aide à elle, il faut absolument qu’elle se remette en relation avec son corps, avec son bébé… Alors que nous parlions, que nous chuchotions depuis dix ou quinze minutes, elle me dit : « j’ai envie d’aller à la selle ». Mais non, petite maman, c’est bébé qui arrive ! La gynéco est arrivée elle aussi, tout juste pour accueillir le bébé.

👌🏻 Tout ce petit discours en dit long sur le rôle de l’accompagnement… »

💖 Ce texte date de février 2010. Chantal Ducroux-Schouwey était (entre autres) présidente du Ciane – Collectif Inter-Associatif autour de la Naissance, et elle est décédée le 5 octobre 2017 des suites d’un cancer.

🔍 Alors oui, l’accompagnement émotionnel dans le moment de l’accouchement est une douceur inestimable qui ne devrait pas être un luxe. Réfléchir aux conditions de naissance, préparer celles que l’on veut pour soi, cela se travaille *avant* l’accouchement.

Une réflexion au sujet de « L’importance de l’accompagnement émotionnel de la naissance »

  1. Merci pour ce texte magnifique. L’accompagnement est juste indispensable, tellement fort et nécessaire. Je n’ai pas eu cette chance pour le 1er accouchement et je me suis bien rattrapée pour mon 2 ème enfant avec un accompagnement global avec la même sage femme pendant la grossesse et l’accouchement : que bonheur !!!! De ce fait, je me suis sentie en pleine possession de mes moyens , complètement présente, informée et j’ai pu , nous avons pu réaliser notre projet de naissance.

    Un immense merci aux sages femmes !!!
    Sonia Danse Prénatale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *